Liberté... Egalité... par Pierre Yves Lador

(dessin d'Adrien Chevalley)

Avril 2013

80 pages

11 x 17 cm

CHF 12 / EUR 8

isbn : 978-2-940522-02-6

 

Extraits :

Liberté... Egalité... - page 7

Liberté... Egalité... - page 7

Liberté... Egalité... - page 8

Liberté... Egalité... - page 8

Liberté... Egalité... - page 9

Liberté... Egalité... - page 9

Liberté... Egalité... - page 10

Liberté... Egalité... - page 10

Liberté... Egalité... - page 11

Liberté... Egalité... - page 11

Liberté... Egalité... - page 12

Liberté... Egalité... - page 12

Liberté... Egalité... - page 13

Liberté... Egalité... - page 13

Liberté... Egalité... - page 14

Liberté... Egalité... - page 14

Le slogan Liberté–Egalité–Fraternité se décline aux frontons des temples de la république comme les froufrous d’une danseuse de country. Il est usé à force d’être abusé. D’être démontré par A + B par les parangons d’une philosophie statistiquement statique. D’être proférés à tout va, pour justifier n’importe et quelles causes au nom de ces principes à la substance devenue morne-née. On considère ce slogan comme un absolu, alors que justement nous donnons une vision toujours plus essentialiste de la liberté et de l’égalité. Nous enfermons l’humain en voulant le libérer.

 

Dans ce pamphlet, Pierre Yves Lador critique acidûment l’application littérale, irrespectueuse de l’esprit, obsessionnelle, frénétique, dissymétrique et abusive de la notion de Liberté et d’Egalité qui engendre paradoxalement et empiriquement l’esclavage et les inégalités. Leurs contraires. Lador dresse le constat d’une pensée cyclique, mimétique, qui n’est pas sans rappeler les thèses de René Girard sur le mimétisme et insiste sur la nécessité de changer le paradigme de pensée. Lador décrypte habilement comment au nom de l’homme on martyrise l’homme. Ce qui est sous-tendu derrière les appelations « bienveillantes » et précisément inégalitaires de la Liberté et de l’Egalité des hommes, des femmes, des enfants, des peuples, des individus, des espèces, des animaux, des plantes, des vivants, des roches, des entités. Egalement de s’attaquer à la liberté d’expression absolue, qui équivaut à tous les dires, sauf…

 

Lucide, Lador au-delà de la critique propose dans ce pamphlet un changement de paradigmes, tous relatifs mais qui contiennent en soi les vers du changement. De nouveaux slogans à épancher, tournicoter, paraphraser, pourquoi pas à appliquer comme le firent les révolutionnaires de la Bastille. On y retrouvera notamment celui de « Responsabilité–Créativité–Simplicité–Intériorité », en somme de quoi en faire votre tasse de thé.