Dream Baby Dream par Nadia Raviscioni

Dream baby dream_couv blanche.jpg

DESSINS

Septembre 2021

280 pages

14x19 cm

CHF 30 / EUR 24

isbn: 978-2-940522-98-9

dream baby dream - page 156

dream baby dream - page 156

dream baby dream - page 154

dream baby dream - page 154

dream baby dream - page 153

dream baby dream - page 153

dream baby dream - page 155

dream baby dream - page 155

dream baby dream - page 149

dream baby dream - page 149

dream baby dream - page 152

dream baby dream - page 152

dream baby dream - page 150

dream baby dream - page 150

dream baby dream - page 151

dream baby dream - page 151

Nous imaginons volontiers Nadia Raviscioni se mettre le matin à sa table à dessin avec un café. Penchée sur son carnet ou sur un bout de feuille chiffonnée, elle griffonne au bic ou au pinceau une image qu’elle a eu au réveil, les restes de son dernier rêve, une image fraîchement suave et entraînante, au son de Suicide, Nina Simone, Bob Dylan ou Jonathan Richman.


Avec Dream Baby Dream, des dessins réalisés sur le papier, sans crayonnés préalables, guidés par l’instant, font penser à l’écriture automatique chère aux surréalistes. Si on s’éloigne de la bd traditionnelle, chaque dessin entretient un jeu de correspondance avec les autres et l’ensemble forme un rébus étrange.


Des motifs récurrents dans le travail de l’auteure font leurs apparitions, créant échos et résonances à ses œuvres précédentes : les cactus, les félins, les figures anthropomorphes, des maisons et des ruines antiques, des oiseaux et des avions... Il arrive souvent que le familier redevienne sauvage, les échappées des voies sans issue, les choses de rien des mondes infinis, au point que l’apprivoisé se retourne contre nous, que l’ordinaire se révèle hostile.

Dream Baby Dream est préfacé par Blutch et postfacé par Thomas Bernard & Christophe Brunella.

 
nadia.jpg

Auteure de bds parues chez Atrabile, NADIA RAVISCIONI, lauréate du Prix Töppfer en 1998, pratique un art discret de la confidence, entre confession et secret, image écran et allégorie intime. Elle développe des récits où se mêlent réalisme cru et onirisme, une entreprise audacieuse dont le but est de restituer sans fard l’ambivalence de nos sentiments amoureux face à l’échec ou la rupture.